Nouer un partenariat courtier banque en ligne

courtier banque

Les courtiers en banque se sont définitivement introduits dans le secteur professionnel avec une progression ininterrompue de leur activité depuis 2004 dans l’octroi de crédits immobiliers. Cette profession a subi de nombreuses réformes durant ces dernières années, dont la revendication de plus d’un tiers de parts de marché. Si le fait de nouer un partenariat courtier banque permet à un client de profiter d’une certaine disponibilité, compétence et réactivité ; pour le professionnel, il s’agit souvent d’une décision lourde d’enjeux. Cependant, c’est un pari gagnant-gagnant tant pour le professionnel que pour l’emprunteur. Le point.

Comprendre avant tout le rôle d’un courtier

Un courtier en banque aide dans la négociation des conditions d’un prêt immobilier avec son savoir-faire et ses expériences dans ce domaine. En effet, tous les courtiers reçoivent chaque mois les grilles de taux applicables en fonction du profil de l’emprunteur et ses durées d’emprunt. C’est la capacité d’un courtier à regrouper les dossiers essentiels et à présenter le sérieux de son client qui fera la différence.

Il est également tenu d’assurer la gestion de la relation client à partir de la vente du crédit jusqu’au déblocage des fonds. Tandis que le banquier fournit ses conditions, le courtier s’occupe de la présentation commerciale (délégation d’assurance, taux du prêt, contreparties). Si de nombreux emprunteurs ont tendance à se focaliser sur le taux d’emprunt ; une négociation globale qui tient compte des différents points de comparaison est plus intéressante. Le coût global du crédit (assurances comprises), les frais de dossier, les frais de courtage doivent tous être tenus en compte. Mais si vous souhaitez proposer à vos clients un savoir-faire exceptionnel et un service professionnel ; n’hésitez pas à vous rendre sur www.cibfinance.fr pour nouer un partenariat avec la banque.

Une relation de partenariat avec les établissements de crédit

Étant un vrai apporteur d’affaires pour les banques avec les volumes de prêts qu’il procrée, le courtier peut négocier directement avec les pôles immobiliers des établissements bancaires sans passer par les agences. En outre, la négociation des taux devient de plus en plus facile si les flux de dossiers deviennent plus importants. La base du métier consiste en effet à entretenir des rapports privilégiés avec les banques.

Et avec une profession qui attire de nombreux courtiers, l’obtention des conventions de partenariats passe par la capacité d’un courtier banque à faire preuve de professionnalisme et de compétence. La banque et le courtier doivent favoriser une relation gagnant-gagnant pour faciliter la négociation. Et comme les établissements bancaires se soucient vraiment de la qualité des dossiers transmis ; un dossier bien préparé promet une affaire conclue dans les moindres délais. Il ne faut donc pas négliger le montage du plan de financement, l’application des conditions, ainsi que la transmission des pièces. Ainsi, la banque prendra plaisir à étudier le dossier et à octroyer des conditions favorables.

Une profession réglementée

Avant de signer un contrat de partenariat courtier banque, il faut néanmoins s’assurer d’être éligible à ce genre de contrat. En effet, un mandataire IOBSP (Intermédiaire en opérations bancaires et services de paiement) devra remplir certaines conditions avant de pouvoir exercer dans ce métier. Pour commencer, ce dernier doit être immatriculé à l’ORIAS ou Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance. Mais avant tout, quelques années de formation continue, la possession d’une certification sur le métier ou encore un diplôme est indispensable. D’ailleurs, une expérience professionnelle dans le domaine est un atout.

Enfin, une immatriculation en bonne et due forme de l’activité du mandataire IOBSP à l’administration adéquate (RC pro, extrait K bis) est aussi requise. C’est seulement après avoir respecté ce minimum de profil que l’on peut passer à la prochaine étape : rechercher un contrat de partenariat. De son côté, l’ACPR se chargera du contrôle de l’activité du mandataire. Une autre information utile : sachez que le travail de courtage prend fin au moment de la signature du contrat de prêt entre l’entreprise et la banque.

Savoir choisir son partenaire : un détail à ne pas négliger

Bien qu’il soit assez facile de trouver des partenaires avec la croissance des services de courtages en prêt immobilier, il faut néanmoins privilégier un partenaire de confiance. D’ailleurs, pour ceux qui veulent devenir mandataires exclusifs ; comparer les offres proposées par les différents partenaires est un bon début afin de pouvoir choisir ce qui vous semble être le plus convenable. Prenez en considération certains critères comme la rémunération, la solidité de la convention, l’éventail des offres, ainsi que les accompagnements divers.

Et pour une sélection de partenaires réussie, vous pouvez également considérer d’autres paramètres tels que la renommée du courtier mandant, son expérience, ses relations avec les établissements bancaires, ainsi que sa proximité avec les clients. Bref, ce sont des critères qui peuvent d’ores et déjà vous offrir un petit aperçu du sérieux du contrat de partenariat tout comme la marge de manœuvre vis-à-vis des clients potentiels.

Quelles sont les monnaies virtuelles ?
Comment faire une segmentation de clientèle ?